Tout savoir sur le mouillage de son bateau

Mouiller c'est maintenir le bateau à l'ancre. Cette manœuvre indispensable à maîtriser se déroule en plusieurs étapes.

Définition du mouillage

Mouiller c’est maintenir le bateau à l’ancre. Cette manœuvre n’est pas seulement utile sur un mouillage forain - c’est à dire à l’ancre, hors d’un port - mais également lorsque les voiles ou le moteur ne sont plus opérationnels.

Les différents types de mouillage et la réglementation en vigueur

Le mouillage simple

Mouillage simple
  • Choisissez de préférence une crique abritée des vents dominants, permettant un appareillage facile en cas de saute de vents, avec peu de courants et une faible profondeur.
  • Portez des gants et des bottes pour éviter de vous sectionner les mains ou les pieds.
  • Arrivez doucement, face au vent ou au courant.
  • Dépassez le point choisi de la longueur de chaîne voulue.
  • Cassez l’erre.
  • Évaluez l’évitage de votre bateau.
  • Mouillez en vous aidant éventuellement de la marche arrière.
  • Filez la chaîne (environ trois à quatre fois la profondeur).
  • Étalez dès la longueur de chaîne voulue.
  • Vérifiez que le bateau ne chasse pas.
  • Au mouillage vous devez porter les marques : de jour, une boule noire, et de nuit, les feux obligatoires et un feu blanc visible à 360°.

 

Autres types de mouillage

  • Affourché : les ancres sont mouillées à plus de 90° l’une de l’autre, ce qui limite le rayon d’évitage). Ne pas utiliser par mauvais temps.
  • Embossé : mouiller une ancre par l’avant - éventuellement à terre - et une ancre par l’arrière.
  • Empennelé : rapper sur l’ancre principale une deuxième ligne de mouillage de longueur  supérieure à la profondeur afin de pouvoir remonter la première ancre alors que l’autre est encore au fond. À utiliser par mauvais temps.
  • En barbe : mouiller la première ancre, culer sur une vingtaine de mètres et mouiller la seconde, filer la longueur désirée.

Les bonnes pratiques du mouillage